Deprecated: Function set_magic_quotes_runtime() is deprecated in /homez.402/fesfesti/fesfestival/2013/include/function.php on line 194
Juin Maroc 2014 Festival de Fès des Musiques Sacrées du Monde
Fès l'Andalouse,

Fès l'Andalouse,

Il arrive que certains lieux et périodes de l'histoire restent dans la mémoire des hommes comme des séquences privilégiées au cours desquelles l'humain semble échapper à ses petitesses habituelles et marquer son passage d'empreintes qui deviennent source d'inspiration pour des générations et des siècles à venir.

 Ainsi parle-t-on de miracle grec ou, souvent encore, de cette période faite d'une ingénieuse et subtile harmonie entre l'esprit et la matière, la foi et la raison, l'art de la convivencia ou tout simplement celui d'une vie individuelle et collective plus riche et plus accomplie :  El Andalous, qui a recouvert une grande partie de l'Espagne, du huitième au quinzième siècle.

Certes il faut se méfier des idéalisations excessives et le déroulement concret des faits nous révèle une réalité plus prosaïque, émaillée de conflits humains, trop humains, où les idéologies ne sont que les masques confortables des motivations habituelles qui ont traversé l'histoire de l'humanité, les combats pour l'accaparement des pouvoirs et des richesses.

Mais à défaut de parler d'un paradis nous pourrions évoquer un paradigme andalou, celui où la connaissance est avant tout perçue comme une unité organique tendant certes à la compréhension et à l’exploration de la nature et de l’univers mais aussi et surtout à l'accomplissement de la sagesse et des valeurs humaines. Cette aventure fut entreprise sans naïveté et selon des approches diverses par des personnalités telles qu'Ibn Tofaïl, Averroès, Maïmonide, Raymond Lulle ou Ibn Arabî.

Mais d’une façon générale la connaissance elle-même n'est pas séparable chez la plupart des penseurs andalous, comme Ibn Hazim ou Ibn Gabirol, d'une autre dimension qui lui est à la fois consubstantielle et supérieure, celle de l'Amour lorsque celui-ci se libère de toute contrainte pour devenir progressivement inconditionnel et universel. Ces auteurs auraient pu paraphraser la sapience de Rabelais pour dire qu’une connaissance sans amour n’est que ruine de l’âme. Une sentence qui sonne particulièrement juste à notre époque de prolifération technologique, de l’éclatement de l’unité de la science et de la perte de vue de la question de ses finalités.

L'Andalous fut aussi la terre où le culte de la féminité fut porté au plus haut, de l'amour courtois et de la poésie. Un autre paradigme perdu dont il nous faut retrouver aujourd'hui les ressorts cachés et le mystère. Nizam (Harmonia), une femme rencontrée par Ibn Arabî et à laquelle il rend hommage dans son recueil poétique L’interprète des désirs (Turjuman al achwak), telle la Béatrice de Dante des siècles plus tard, peut en s'échappant de l'espace et du temps revenir de l'Orient lointain et interroger chacun de nos philosophes qui ont tous transité par Fès.

Elle viendra peut-être, ombre et lumière, nous murmurer entre chants, sonorités musicales et poésie, drapée dans la brise qui traverse l'espace de Bab El Makina ou les ruelles et patios de la Médina, le secret d’une Andalousie réinventée.

Faouzi Skali.
Directeur Général de la Fondation Esprit de Fès